En un mot: RIDEZ!

Sportive japonaise, dual britannique ou autrichienne , fantasme italien, rêve américain ou même scooter juvénile… aucune limite. Ce qui compte c’est d’aller vers ce qu’on pense aimer quitte à se tromper.

« Une heure de sommeil avant minuit, en vaut deux après minuit. » facile à dire quand à l’époque de cet adage, la fuite du confinement se résumait à la chasse aux mammouths!

J’aime les anachronismes choisis… ou pas! Car Mammouth, d’où je viens est un supermarché disparu!

C’est en ce soir de veille d’hier que je me replonge dans l’écriture d’un ego-trip que « Tous Motards » excuse; pour vous parler de mon ressenti sur le choix de LA moto adéquate! Gardez en tête que mes 6 années sur le sol CANADIEN, n’en déplaise aux plus communautaristes d’entre vous, m’ont forgé une vision purement québécoise… prenant en considération l’approche pécuniaire!

Le nerf de la guerre ici!

Précédemment, je mettais en avant mon nombril de plus en plus enfoncé en cette période d’ennui comblé par l’ingurgitation de tout ce qui traîne (je parle bien évidemment de nourriture!).

Je pilote depuis 3 ans un custom. Ce fameux 2 roues qui lorgne sans l’avouer, le sigle HD sur son réservoir! Vous voyez? Enfin, c’est la légende qui veut ça.

Dans les faits, ce qui compte c’est la recherche de sécurité au détriment du plaisir…???? Qui a dit ça? On écrit pas pour TVA bordel!

Donc, je recommence: ce qui compte c’est d’aller vers ce qu’on pense aimer quitte à se tromper. Sportive japonaise, dual britannique ou autrichienne , fantasme italien, rêve américain ou même scooter juvénile… aucune limite.

Combien de pilotes professionnels n’ont même pas leur permis toute catégorie confondue??? S’il est nécessaire pour vous de faire un certain temps au guidon d’un BW’s ou d’une Honda Rebel 300 alors que vos tripes vous dirigent peut-être vers du hors route, qu’à cela ne tienne! Faites le.

Milwaukee vous parle, foncez! Aiguisez vos pegs au rythme de vos humeurs nippones, courez! Les bois parsemés de bitume vous appellent, n’hésitez pas!

Le pilotage d’une bécane se résume en 4 mots et demi:

-plaisir

-anticipation

-bonheur

-partage

-prudence (le fameux « et demi ») car la liberté a toujours un prix et la moto l’affiche sans confusion!

Est-ce bien utile de rappeler qu’une erreur se paye instantanément quand on pilote? Non.

Tout le monde le sait.

Ceux qui vous le rappellent sans cesse (spécialité québécoise au passage) pensent acquérir des points de protection en agissant de la sorte.

L’amour de la moto se jauge entre autres, en public dans les concentrations de passionnés qui sont tout aussi rares ici que les terrasses de cafés égayées par des cris d’enfants. Car c’est comme beaucoup de choses; INTERDIT!

Mais ce soir on fait court donc pour résumer, faites ce qui vous parle, ce que vous ressentez, ce que vous pensez être bon sur l’instant ou à plus long terme; profitez brièvement ou longuement de votre première monture.

Le pilotage n’a pas de cylindrée et la passion n’a aucune limite. N’écoutez que votre cœur car la moto c’est ça. Du tuning de sensation. Un pied ou un genoux posé. Un dérapage agréable ou un rattrapage un peu tardif. Poussez vos limites, pour les connaître, de façon raisonnable en opposition totale avec la Mazda dont vous rêvez l’hiver.

Une certitude: le vent qui nous pousse en arrière est une espèce de théorème qui nous propulse vers l’avant!

Roulez, sentez, ressentez, riez, frissonnez, criez, partagez, défendez, choyez et soyez; en un mot: RIDEZ!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *