26 janvier 2023

Pour le plaisir de (faire) jaser…

Si nous suivons le célèbre « narratif » tant décrié des gouvernements au sujet de la sacro-sainte Covid, je vous conseille de laisser tomber la bécane les bro(s).

Focalisons-nous sur la province chagrinée par les gaulois conquérants : vous risquez autant de finir entre quatre planches six pieds sous terre en léchant les barres de métro aux heures de pointes, qu’en négociant mal 1 ou 2 virages sur les routes 327 et 329…

Afin de ne pas réfréner l’enthousiasme annuel lors du renouvellement de notre abonnement Costco, je suppose que les données annoncées sont à l’image de la loyauté de nos décideurs. Mais il me semble correct d’admettre une petite marge d’erreur en faveur des « rassuristes ». N’est pas justiciable qui veut, alors respectons l’autorité s’il vous plaît.

Faute d’être un circonstanciel hasard par définition, je suis certain que nous constaterons rapidement cette confirmation de leurs élans dévastateurs qui mènent à néant nos petits moments de liberté à dos de brêle.

Le parallèle peut déranger les électeurs convaincus et conforter les néo-complotistes mais nous ne rabâchent-ils pas depuis 10 mois que les risques doivent être limités ? Ne nous tiennent-ils pas pour responsables de tous les maux, pour ne pas dire les morts, de ces derniers mois, nous les autres, nous tous ? Il est évident que je souligne la probabilité que nous avons de trépasser et non l’aspect contagieux, si ce n’est celui de l’amour des deux roues.

Soyons réalistes, nos jours sont comptés. Stats à l’appui, ils sauront nous le rappeler en temps voulu. Aux armes citoyens ! Formez vos bataillons ! Oups, je m’enflamme ! Esti de français que je suis…

Nous avons la force du nombre et le pouvoir d’achat, que ce soit pour les plaques ou pour les motos. Sans nous, les dealers, la SAAQ et les garagistes indépendants, ne sont rien, tachons de nous en souvenir.

Alors rangeons nos armes qui nous divisent, quelles qu’elles soient, unissons nous, sortons nos stylos et nos claviers, « réseautons » pour la bonne cause, échangeons, planifions, préparons-nous, défendons-nous et pour une fois, assurons nos arrières afin de ne pas geindre après coup !

À propos de l'auteur(e)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *