27 octobre 2021

Rebel un jour, rebelle toujours! 2/3

Deuxième partie

Mon premier arrêt se fera devant l’école primaire Saint-Jean-Bosco. Roulant sur le boulevard Cournoyer, je ressens l’élan de photographier la Rebel devant  »mon église »… celle qui fut témoin de ma confirmation et des nombreuses messes de minuit. Soudain, surgit devant moi un bloc de 4 étages dans un quartier composé de bungalows. Quoi? Mon coeur se serre… Pas vrai! Ils ont démoli l’église pour construire les Habitations Bosco! Les larmes me montent
aux yeux. On élimine les lieux  »qui nous relient » pour vendre les terrains à des entrepreneurs avides de profits…

Reniflant sous mon casque, je me faufile au guidon de la Rebel car je veux la photographier sous les gros pins, témoins de mes quatre premières années scolaires. Si on m’avait dit, alors que j’étais appuyée sur ce mur de briques pour être choisie au jeu de Ballon chasseur, qu’un jour, Honda Canada me prêterait des motos de presse… est-ce que mon cheminement scolaire aurait été différent?!

Bel adon, Saint Jean Bosco est le saint patron des éditeurs alors que j’ai auto-édité mon plus beau voyage en moto sous  »Paul-Hus Caroline Éditeur » en 2017 et c’est justement la publication de mon livre qui m’ouvrira la porte chez Honda Canada!

Mon second arrêt s’effectue 250 mètres plus loin, devant l’école Laplume, ma deuxième école primaire. Encore une fois, l’étroitesse de la Rebel me permet d’entrer au même endroit que les étudiants. Fantastique! Cette moto se manie avec une facilité déconcertante. Se succède ensuite une photo devant le mur de béton de la polyvalente Bernard-Gariépy puis une autre devant l’entrée #11 du CEGEP; porte que j’utilisais tous les matins, pendant mon DEC en Sciences Pures et appliquées.

Stationner la Rebel devant la piscine municipale Laurier-R-Ménard (1967) souleva de nombreux souvenirs puisque c’est là que j’ai appris à nager, que je me suis entraînée avec le Club de natation de Tracy et que j’ai remporté quelques rubans. C’est aussi en plongeant dans le fond de la partie peu profonde que j’ai brisé ma dent avant droite…

Pendant mes études universitaires, quelle ne fut pas ma surprise de voir la toiture de l’aéroport Dulles à Washington D.C. (1962) dessinée par nul autre que le grand architecte finlandais Eero Saarinen qui désirait inspirer une envolée… alors que 5 ans plus tard, l’architecte Jacques Racicot dessinait les plans de cette piscine en cherchant à évoquer la
forme… d’une vague! Deux exemples issus du mouvement  »expressionniste ».

Sous les 27°C qui règnent, le moteur de la Rebel n’apprécie pas du tout mes nombreux arrêts. Sa ventilation déclenche à chaque fois alors j’emprunte vivement l’autoroute 30 pour me diriger vers Sorel et je constate à quel point elle est stable et confortable à haute vitesse… sauf quand je roule sur des sections terriblement abîmées!!

L’autoroute 30 devient le boulevard Poliquin qui débouchera plus loin dans les îles… mais je ne vois AUCUNE pancarte indiquant les îles de Sainte-Anne-de-Sorel…? Elles représentent pourtant un attrait touristique incontournable. C’est même ici que fut rédigé LE fameux roman  »Le Survenant » publié en 1945 et porté au grand écran en 2004. Eh oui, Germaine Guèvremont occupait un chalet sur l’îlette au Pé!

Au départ, je me rendais au bout du Chemin du Chenal-du-Moine pour vous montrer le meilleur restaurant de gibelotte, un mélange savoureux de légumes bouillis accompagné par des filets de perchaude rôtis ou de barbotte bouillie! Il s’agit d’un cul-de-sac qui se termine en gravelle alors je peux vous confirmer que la Rebel s’est très bien comporté! Vive sa polyvalence pour explorer et sa maniabilité pour effectuer des  »U-Turns »!

La Maison du Marais permet de louer des canots ou des kayaks afin d’explorer l’archipel du Lac Saint-Pierre. Depuis l’an 2000, cette région est reconnue par l’UNESCO en raison de ses caractéristiques naturelles uniques. Cet archipel est
d’ailleurs considéré comme étant une des plus grandes héronnières en Amérique du Nord!

Appuyez le bouton rouge pour lire la suite:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *