20 septembre 2021

Les perfectionnements sont-ils pour vous ?

“Salut, mon nom est Hervé. J’ai mon permis moto depuis 3 ans, et je fais environ 5000 kilomètres par année. ”

Hervé écoutant les observations et conseils du formateur FMQ

C‘est comme ça que débute la formation de rafraîchissement de 4h offerte par la FMQ dans le cadre d’un programme d’évaluation de la SAAQ. Un peu comme un groupe de soutien pour motocyclistes anonymes, chacun se présente à tour de rôle et partage rapidement son parcours de pilote. Certaines ont 15 ans d’expérience et de nombreux voyages à leur actif, d’autres se remettent à la moto après plusieurs années d’absence. Certains ont 30, 50 ans d’expérience moto acquise « sur le tas », sans jamais avoir pris de cours de moto, et quelques uns viennent tout juste d’obtenir leur permis.

Malgré le fait que nous venions tous d’horizons différents nous avons en commun l’amour de la moto, mais surtout l’humilité qui vient de la certitude que le pilotage nécessite un perfectionnement constant, que l’excès de confiance peut rapidement nous mettre dans le « trouble ».

Chaque segment est précédé par des explications et une démonstration

La question se pose : pourquoi prendre un cours de perfectionnement une fois qu’on a obtenu son permis moto?  Il me vient en tête au moins 3 bonnes raisons. D’abord parce que contrairement aux cours de conduite pour l’obtention du permis moto, les perfectionnements se font sur notre propre moto. Faire une manœuvre d’évitement sur un Rebel 300 de 167kg n’est pas tout à fait la même chose que sur un Harley Davidson Road King de 375kg avec ses valises! Ensuite, pratiquer des exercices spécifiques, supervisés par des coachs qui nous observent et nous prodiguent leurs conseils est à mon avis, la meilleure façon de progresser. Aucun athlète de haut niveau ne s’est jamais rendu dans la LNH, la NBA ou les jeux olympiques sans coach ou sans pratique! Finalement, la dernière raison et non la moindre : cette formation est GRATUITE!

Au programme, 4 exercices précédés d’une revue théorique de chaque manœuvre : le ralenti, le freinage d’urgence, le contre braquage, et la technique de courbe. Voici en quelques lignes les petites pépites personnelles que j’en ai tirées.

Le ralenti : Le grand classique des classes moto. Une manœuvre que je croyais avoir complètement maitrisée après un été de navettage au centre-ville de Montréal pour le boulot. J’ai quand même identifié une petite faiblesse et amélioration possible au niveau du contrôle du frein arrière, et du ralenti en tournant, pour se stationner par exemple.

Le freinage d’urgence : À mon avis, un des plus importants exercices de la formation et qui est d’autant plus pertinent qu’on le pratique avec notre moto. Encore ici les conseils des formateurs sont précieux. J’ai sur ma moto des freins ABS. À quelques reprises il m’est arrivé de les sentir s’engager lors d’un freinage. Avant cette formation et pour une raison qui m’échappe, je n’avais jamais compris que si les freins ABS se déclenchent c’est que ma technique de freinage a fait défaut. Autrement dit, dans des conditions normales si on applique une pression ferme mais progressive au levier de frein on ne devrait pas déclencher l’ABS.

Le contre-braquage (évitement d’obstacle) : Comme pour le freinage d’urgence, un exercice qui nous permet de mieux apprivoiser notre moto et d’apprendre jusqu’à quel point on peut basculer la moto en contre-braquant pour éviter un obstacle.

Arnold se prête au jeu du contre-braquage pour quelques prises de vue au drône

La technique de courbe : Là aussi, une belle pépite sur le positionnement en courbe : positionner la moto le plus possible à l’intérieur de la courbe pour laisser de la place pour redresser la moto sans sortir de notre voie en cas de freinage d’urgence mais aussi pour maximiser la visibilité.

Technique de courbe

Le bilan pour moi de cette formation : 4 pépites de pilotage qui me resteront tout au long de ma saison de moto. J’ai quitté ce rafraîchissement avec une meilleure connaissance des limites de ma moto, une liste mentale de points faibles à corriger et de nouvelles habitudes à prendre lors de mes prochaines sorties, en plus d’avoir passé un après-midi fort agréable à moto. Chapeau aux formateurs de la FMQ, des passionnés et engagés qui rappelons-le offrent ces formations sacrifiant leurs weekends pour partager leur expérience. Un grand merci aux deux Alain et à Sylvain de nous avoir généreusement accueillis.

S’il reste de la place : courrez vous y inscrire!

Les traits tirés par un après-midi sous un soleil de plomb et une intense concentration, c’est satisfait qu’Hervé quitte la formation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *