CB650R: Plaisir et équilibre

Quand on dit que le lundi est le jour le plus difficile de la semaine, ce n’est pas un euphémisme…

Moi: « Je suis vraiment excité, mais j’ai peur que mon enthousiasme me fasse exagérer! »

Lui: « – Vas-y, laisse aller le morceau! »

Moi: « – Tu ne crois pas qu’on devrait laisser les lecteurs sur leur envie, faire durer le plaisir un peu plus longtemps? »

Lui: « – Non! Balance la sauce, ils resteront pour savoir pourquoi! »

WOW! JE SUIS COMBLÉ PAR CET ESSAI!

Après avoir complété le montage de la vidéo avec Arnold, je me suis retrouvé devant un état de fait. Nous venions de faire une vidéo relativement compacte, avec suffisamment de détails techniques, mais qui à mon sens (très auto-critique) ne transmettait pas tant ce que j’ai réellement ressenti de cette moto. C’est pour cette raison que je me dois de vous dire ceci: WOW! JE SUIS COMBLÉ PAR CET ESSAI!

Lorsqu’on nous a confirmé qu’on mettrait la main sur les Honda CB650R et CB1000R, oui les deux durant le même essai, on se doutait qu’on aurait entre les mains des machines abouties. Mais étais-je prêt à être emballé par ces deux motos?

C’est avec ma réserve et ma modération habituelle que je choisis de partir avec le CB650R lors de la prise de possession chez Honda (de plus je savais que le 1000 faisait de l’oeil à Arnold).  L’essai allait nous réserver de belles surprises!

Le 650 avec son collecteur d’échappement, devant le 1000

Le CB650R 2019 est un Naked (Honda les appelle « Standard » en français) de moyenne taille. Avec sa selle à 810 mm, elle convient à presque tout le monde à moins d’être dans les tailles extrêmes, particulièrement au bout supérieur du spectre. À 1m86 (plus de 6 pieds), je me retrouve donc à la limite haute. Mais même légèrement recroquevillé, dès que je pose les fesses sur la selle, tout me semble à la bonne place.  Le sélecteur de la boîte de vitesse, le frein, les comodos…bravo!

Le comodo de gauche est de disposition inverse à celui de ma monture habituelle, klaxon et clignotant sont inversés.  Après quelques coups de klaxons accidentels, je finis par m’y faire. Il comprend une touche permettant de désactiver le système de contrôle du couple, le bouton de contrôle des phares et des clignotants d’urgence.  Tout l’essentiel s’y retrouve.

De chaque côté, de jolis rétroviseurs aux courts bras ne permettent que de s’examiner les coudes en roulant.  À moins de quelques contorsions pour y voir quelque chose, ce n’est pas très utile. Une petite modif serait nécessaire sur le long terme. La planche de bord est complète avec toute l’information requise dont un tachymètre électronique, rapport engagé, vitesse, jauge à essence et température.  De plus on peut choisir parmi une panoplie d’informations complémentaires telles que consommation, heures d’utilisation, etc. Toute l’information est assez lisible quoique j’aurais préféré un contraste un peu plus important.

L’allure de la moto est rehausée par ses lignes modernes.  Les feux et clignotants au DEL, un phare DEL efficace et des lignes sobres sont complétées par quelques accents couleur bronze qui démontrent l’attention portée au détail.  En plus son échappement rappelle le CB400F. Honda n’a pas coupé les coins ronds sur cette machine!

CB400

Dès le démarrage, je suis charmé par le moteur 4 cylindres.  Il ronronne comme un chat et dès qu’on le fait révolutionner, c’est un joli miaulement qui se fait entendre.  Dans le matériel de marketing Honda parle du couple à bas régime, mais entre vous et moi, c’est à partir de 7500 tours que ça s’anime vraiment… La ligne rouge étant à 12500 tours minute, le moteur de 649 cc et 95 chevaux délivre sa puissance sans à-coups.  Il est complété par une boîte 6 vitesses d’une douceur trompeuse car elle est très précise et les changements se font rapidement.

La suspension est à fourche inversée à l’avant et mono amortisseur à l’arrière.  Elle n’est pas ajustable. Personnellement je l’ai trouvée un peu ferme lorsque soumise à une chaussée dégradée (ouille mon dos!).  Le freinage est très adéquat et j’ai apprécié l’application de l’ABS qui ne m’a pas paru trop intrusif. De ce côté on peut probablement remercier les pneus Metzeler qui nous ont semblé pas mal du tout!

Question de feeling

Du plaisir en boîte!

Mais assez parlé de plastique, d’acier, d’aluminium et de verre…Le CB650R c’est du plaisir en boîte! Dès le premier contact c’est un sentiment d’agilité qu’on ressent. La machine compacte n’a pas tendance à plonger exagérément en courbe.  Elle va où vous le voulez et sans rechigner, sans s’obstiner. La poignée des gaz vous donne une agréable puissance sans que vous vous sentiez en danger de perdre le contrôle. Pardon, j’ai encore fait la même erreur de réserve et de modération. Je recommence: Je suis enchanté. Quand je tourne la poignée, ça répond et quand je monte les tours j’ai un sourire indélébile sur le visage. J’aime ça, j’en veux encore!

Accompagnés d’un abonné de la première heure pour cet essai

Contrairement aux essais d’autres motos durant lesquels je me demandais si je m’habituerais vraiment à la machine, la CB650R m’a laissé l’apprivoiser et rapidement j’ai pu rentrer dans les courbes avec aplomb.  Ce qui me fait dire que cette moto pourrait être mise entre les mains de pilotes moins expérimentés, tant que ceux-ci sachent prendre le temps de s’habituer sans brûler d’étapes. Et pour les pilotes plus expérimentés, je crois qu’ils peuvent en extraire des performances plus que convenables mais aussi du gros fun!  

Nous avons eu la chance (ou pas!) de rouler les Honda pour nous rendre au Festival Mécanique de Tingwick dans des conditions et environnements variés passant du superbe ensoleillement au déluge biblique, jour et nuit, sur tous types de routes et jamais je n’ai pris le CB650R en défaut avec un pilotage responsable, précisons le. De plus jamais celui-ci ne m’a mis devant un problème insoluble.

L’impossible comparaison

Le CB1000R

Oui, je me doute qu’on voudrait que je fasse l’impossible comparaison avec le CB1000R.  Mais ce sont deux machines qui à part le look se révèlent assez différentes. Le CB650R fournit un plaisir et une légèreté dans un équilibre satisfaisant et les deux engins s’adressent selon moi à des audiences légèrement différentes.  Le CB650R c’est pour celui qui cherche une moto performante, avec une empreinte réduite et très agile. Le CB1000R lui…il faudra en lire la revue prochaine, mais il s’adresse selon moi à un public différent et probablement plus avancé.

Merci aux amis du verger Petch pour votre accueil!

Plaisir solitaire

Pour ces essais, je n’ai pas roulé en duo. Je me suis offert un week-end solo et j’ai profité très consciemment et égoïstement de chaque instant avec la Honda. Je suppose que la place arrière peut accueillir un passager ou une passagère sans trop de difficulté mais pour ce qui est du confort, je reste dubitatif.

En conclusion

Durant la vidéo de revue, nous avons utilisé les indices Tous Motards pour la première fois. Ce sont des indices de ressenti de quelques aspects de la moto. Avec ces indices on cherche à donner un compte rendu de la moto d’un point de vu ressenti plutôt que d’évaluer les points techniques précis comme seuls les journalistes moto savent si bien le faire.

  • Confort
    • Position de conduite, douceur de roulement, contrôles
  • Accessibiité
    • L’accès à la moto selon le niveau d’expérience des motard(e)s
  • Usage quotidien
    • Le comportement de la moto en utilisation de tous les jours, en ville, sur les routes, dans le trafic
  • Plaisir
    • Simple appréciation du niveau de plaisir ressenti à son guidon.

C’est une tentative de vous présenter à notre façon l’appréciation des engins essayés. Laissez-nous savoir si c’est un truc qui marche pour vous!

 Le CB650R obtient des notes très enviables, l’indice ayant souffert étant le confort à cause de sa suspension arrière un peu sèche en chaussée dégradée:

  • Confort: 4/5 
  • Accessibilité: 5/5
  • Usage quotidien: 4/5 
  • Plaisir: 5/5 Correction: 6/5 !!!

Puis après ce week-end de rêve gracieuseté de Honda, c’est l’inévitable lundi. Un lundi qui se passera à revasser à la prochaine excursion moto…

P.S. Le mot dit d’Arnold

Merci Marc pour cet article qui met bien en évidence le plaisir que tu a eu au guidon de cette machine mid-size qui nous offre du plaisir sain et des performances adéquates. Il n’y a que peux de rationalité dans le choix d’un modèle de moto plutôt qu’un autre. Souvent ce choix est dicté par un coup de cœur esthétique ou de style. Mais si au delà d’un joli coup d’œil vous découvrez une machine aux performances plus que généreuses, doté d’un comportement sain et prévisible alors vous passerez des heures en communion avec cette dernière. Et au fond n’est-ce pas tout ce que nous recherchons dans le plaisir de faire de la moto?…

https://www.youtube.com/watch?v=tnmFiypMLQs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *