Le rallye MTA 2019

Quand j’ai repris la moto en 2011 après une quinzaine d’années d’absence, j’ai roulé en solo avec ma Varadero pendant 2 ou 3 ans, principalement sur de la «sfatte» mais à l’occasion sur des chemins de terre plutôt de bonne qualité.

J’ai ensuite découvert les rendez-vous du mercredi au Tim de Chambly, puis la Brocante. J’ai troqué ma Varadero trop routière pour une 701 enduro, je me suis fait des amis avec qui j’ai fait plein de rides hors-route (Ride des débutants, Ride Eskape, Scotch et environs, Single track dans les cantons de l’Est), mais, emploi du temps de chacun oblige, il n’est pas toujours facile de trouver des occasions de rouler hors des sentiers battus.

L’été dernier j’ai participé au Rallye de l’Estrie organisé par MTA (MotoTrailAventure) et Marc St-Jacques et j’ai découvert un autre groupe de motards avec qui rider et avoir du plaisir.

Un arrêt est de mise pour consulter le road book…mais pas trop longtemps!

Je viens de participer à la 9 ème édition de ce rallye, avec deux amis, Onip et Wiseco (P. Noiseux et B. Boudreau). Je laisse tout de suite tomber le suspense, on a gagné. Je vous donnerai quelques petits trucs à la fin de l’article, mais je vais d’abord vous parler du rallye pour vous mettre l’eau à la bouche. Il ne s’agit pas d’une course, mais d’une succession d’épreuves de navigation et d’observation. On roule à 90% sur des chemins de terre, dans des secteurs habités, et même si les maisons se font parfois rares, on peut à tout moment croiser des familles en ballade, des cyclistes, des chevaux ou des chiens en plus des occasionnels dindons et chevreuils, traduction : ne pas faire d’excès de vitesse et rester prudent, comme d’hab.

Le départ se fait vers 9h00 à partir de chez Touratech à Bromont et le rallye est composé de 9 étapes qui mettront à l’épreuve votre logique, votre sens de l’orientation, vos capacités à rouler en gardant à l’esprit des instructions parfois incomplètes (volontairement ainsi grâce à Marc), votre sens de l’observation, vos qualités de photographe ainsi que votre patience (pour certains …)

On découvre les points d’intérêts de la région.

Le « Sena » est indispensable, même s‘il sert plus à dire des niaiseries qu’autre chose. J’ai souvent roulé dans le secteur Cowansville, Bromont, Sutton, mais il y a encore quelques petits coins que je ne connaissais pas. Donc, c’était très cool. On parcourt une foule de chemins très pittoresques, parfois bordés de somptueuses propriétés avec trop de garages, de fermes qui nous débouchent les narines ou de petits cours d’eau bien sympathiques.

L’activité permet de faire des rencontres et nouer de nouvelles amitiés.

Évidemment, on tourne et retourne dans tous les sens, mais finalement, on ne repasse jamais au même endroit. On visite une partie des Cantons de l’Est de fond en comble et on en apprend au passage sur son histoire et sa vie de tous les jours : Saint-Etienne-de-Bolton a été fondée en 1939, possède un cabinet d’acupuncture et M. Michael Schnutgen fabrique les Gazebos Topnotch. Ça a l’air de rien mais selon moi, trouver les réponses aux questions donne réellement un aperçu de ce qui se passe dans la région.
Que ce soit au niveau des entreprises du coin, des services ou des divertissements existants, je sais maintenant qu’il y a une ferme d’alpagas et plusieurs vignobles et cidreries et je risque fort d’y retourner faire le touriste.

Pour les curieux, je roule en
MotoZ Tractionator Adventure
devant et derrière.

Comme toujours, la troupe de participants est super sympathique. J’ai rencontré quelques vieux routiers et aussi des nouveaux dont c’était la première expérience « hors-route ». Une excellente introduction au monde du double-usage pour eux à mon avis. Le parcours peut se faire avec pratiquement n’importe quelle moto décemment chaussée, c’est à dire avec un peu de relief dans les pneus. Il y avait des super-motards et autres aventurières avec des pneus de route ou presque, donc ça se fait aussi et probablement sans souci également. Pour ma part, quand je roule, je n’ai pas envie de me préoccuper de l’état de la chaussée plus qu’il ne le faut. Quand je veux accélérer, je veux que ça accélère et quand je veux tourner, je veux que ça tourne, sans avoir à me poser de questions. Je roule en
50-50 et j’ai choisi de vivre avec l’inconfort que cela implique sur l’autoroute pourvu que ce soit efficace sur terre ou en sentier. Chaussé comme je l’étais et avec une moto comme la 701, ce parcours était une ballade des plus réjouissantes, un pur délice.

Ce type d’événement et d’autres rides sont régulièrement organisés par MTA tout au long de la saison, comme la remise en forme du printemps, la ride des couleurs, la ride Papineau-Labelle etc …

Pour finir, bravo Marc st-Jacques et MTA pour cette belle journée! Ah oui, j’allais oublier, alors pour gagner, c’est très simple, il faut une bonne équipe et un bon leader 😉 Merci les gars. Et l’essentiel c’est de participer !

Inscrivez-vous à MTA sur : https://www.mototrailaventure.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *