26 janvier 2023

BMW R18 B 2022 : LA PLANTUREUSE BAVAROISE

Voltaire disait “Sans variété, point de beauté”. Ceci est particulièrement vrai dans l’univers de la moto ou chaque motard se réclame d’une allégeance à un type de moto particulier : sportif custom, roadster, aventure, etc. Aux yeux de chacun la beauté se définit d’abord en fonction de leur allégeance à un style de moto.

Pour moi ce sont les roadsters : les sportives et les rétros, mais de temps en temps je lorgne du côté des cruisers. Et là, je dois dire que le design de la R18b m’a séduit au premier coup d’œil.

La version que nous avons eu le plaisir de tester est la version bagger de la ligne : La R18 B First Edition couleur noir tempête métallisé avec double ligne blanche…Wow! Notre Bagger était “All dressed” comme on dit : assistance au démarrage Hill Start Control, phare de virage adaptatif, marche arrière, repose-pied de type « Floor board » avec contrôle d’embrayage au pied et au talon, siège et poignées chauffantes, régulateur de vitesse actif et les haut-parleurs Marshall Gold Audio Series Stage 1. Autrement dit la complète : œuf, jambon, fromage !!!

Prix$31,370 telle qu’équipée
Moteur1802 cm³ développant 67 kW (91 ch) à 4750 tr/min et 158 Nm à 3000 tr/min
Transmission6 rapports à commande par crabots, dans un carter de boîte de vitesses séparé
ModesRain, Rock, Roll
FreinsAvant : Frein à double disque, diamètre 300 mm, étrier fixe à quatre pistons
Arrière : Frein monodisque, diamètre 300 mm, étrier fixe à quatre pistons
ABS Integral BMW Motorrad (intégral)
SuspensionAvant : Fourche télescopique
Arrière : Bras oscillant double en acier avec jambe de suspension centrale
PneusAvant : 120/70 R19
Arrière : 180/65 B16
Selle720 mm
Capacitéenv. 24 l (5,8 l/100km)
Poids398 kg
R18 B First Edition couleur noir tempête métallisé

Mes impressions

La taille : Il me serait difficile de parler de cette moto sans aborder le sujet de ses dimensions et de son poids, ne serait-ce que pour illustrer jusqu’à quel point cette expérience de pilotage se situe à des années lumières de ce dont j’ai l’habitude. Je pilote l’excellente XSR 900 de Yamaha : 847 cc et 115 chevaux pour 195kg. La R18 b, quant à elle, affiche 1802 cc et 91 chevaux pour 426 kg. Ce poids, on le ressent tout de suite, surtout lors de manœuvres à basse vitesse. Cependant, une fois lancé on ne ressent plus cette lourdeur qui se transforme alors en stabilité, impassible aux vents latéraux et turbulences de camionneurs.

Le look : Le look est résolument rétro, pensez moto circa années 30. En fait, son design est directement inspiré de la BMW R 5 de 1936. Les questions de design sont bien sûr subjectives mais en tant que fan de retro, je la trouve tout simplement superbe. De sa couleur noire aux fines rayures blanches, aux accents de chrome superbement dosés, la finition de cette moto est impeccable. Le gros moteur boxer de la R18 est à lui seul une merveille d’art déco.

Moteur Boxer de la R18
BMW R 5 de 1936

C’est aussi une moto résolument moderne, et cette modernité s’exprime au travers du large écran couleur TFT de 26 cm surplombé de 4 cadrans horloge montrant la jauge à essence, la vitesse, les révolutions et le % de la puissance moteur utilisé (un peu inusité). L’essentiel de l’information utile se retrouve donc au niveau de ces 4 quadrants. Pour le reste le pilote peut naviguer toutes les options de la moto grâce au bouton de menu et la roulette de sélection montée sur la poignée gauche.

La position de conduite : La position de conduite est celle à laquelle on s’attend d’un gros cruiser : position droite et jambes à 90 degrés. Le guidon est plutôt large mais l’extension des bras est naturelle et agréable. Le siège est assez large et très confortable.


Caractère du moteur et maniabilité

Le moteur Boxer de 1802 cc a un caractère unique. Il développe 91 chevaux à 4750 tr/min. Dès le démarrage de la moto, on est frappé par le mouvement latéral du moteur. Ce moteur coupleux est aussi très vibrant. Au-delà des 3000 tr/min on ressent les vibrations du moteur, du siège jusqu’aux poignées. C’est vraiment entre 2500-3000 tr/min que la conduite est la plus douce. Une fois lancée, ce gros bolide est assez maniable et se penche plus que ce à quoi on pourrait s’attendre compte tenu des deux extrusions latérales du moteur. Ce boxer peut aussi surprendre dans les courbes. Si on tord un peu trop la poignée des gaz à la sortie d’une courbe, le mouvement latéral du moteur tend à pencher la moto vers la gauche.

La R18 B et la R18 Transcontinental sont toutes deux équipées d’une calandre montée sur le guidon. Le poids de cette calandre affecte quelque peu la maniabilité à basse vitesse et donne parfois l’impression que la moto va piquer du nez. Notre monture venait en plus équipée des hauts parleurs haut de gamme (Marshall Gold Audio Series Stage 1) ce qui sans doute alourdit encore plus le guidon. Le freinage est assuré à l’avant par deux disques de 300mm. .

Le freinage est combiné ce qui signifie qu’on sent l’action du frein arrière à la poignée du frein avant. C’est assez efficace, les gros leviers hydrauliques du frein et de l’embrayage sont précis et faciles d’action. La consommation d’essence n’est pas non plus terrifiante. Lors de nos essais sur 7 jours nous avons consommé en moyenne 5l/100km. C’est donc dire que le réservoir de 24L donne une autonomie de presque 400 km-500 km.


Quelques points à améliorer

Le pare-vent, un peu court et non ajustable, génère pas mal de turbulences au niveau du casque sur l’autoroute. Certaines fonctions de la moto pourraient aussi être un peu plus intuitives. Novice aux BMW c’est Marc-Antoine qui m’a finalement montré comment naviguer les options de l’écran TFT à l’aide de la roulette sur la poignée d’embrayage qu’on tourne pour monter le volume mais qu’on peut aussi pousser pour naviguer les options du menu. Il nous a aussi fallu un peu de temps pour comprendre comment ouvrir les valises !! (Peut-être pas des premiers de classe finalement 😊). Le compartiment pour téléphone, refroidi à l’air, est bien intégré au design de la moto, mais s’est hélas avéré trop petit pour mon téléphone (Samsung Galaxy S22 Ultra).

En conclusion

Cette moto m’a beaucoup plu, et beaucoup plus que ce à quoi je m’attendais. Le caractère unique de son moteur, son confort, son design distinctif, et la qualité impeccable de sa finition m’ont carrément séduit. J’ai fièrement salué les motards de custom que j’ai croisé sur la route, et je crois avoir senti dans leur regard un respect inspiré par ma monture. Respect que malheureusement je perdais momentanément chaque fois que je devais faire la marche du canard pour manœuvrer l’engin dans les stationnements.

Alors la question : à qui s’adresse cette moto affichée 31 370$ ? Je pense que cette superbe moto s’adresse bien sûr d’abord aux amateurs/trices de gros cruiser. Je pense que le poids est un facteur important. Avec un passager et un peu de bagages, le poids de cette machine peut dépasser les 450 kg (1000 livres). Il faut donc être un pilote expérimenté pour piloter un tel engin. Marc-Antoine et moi, nous nous sommes assez bien débrouillés, mais il nous aurait fallu de nombreuses heures de pratique additionnelles pour parfaitement maîtriser la moto à basse vitesse. Cette moto s’adresse donc directement à la clientèle de Harley Davidson et Indian, motocyclistes matures, expérimentés, à la recherche d’un produit de luxe unique et distinctif, et qui leur offrent une alternative aux bicylindres en V nord-américains. À ce chapitre la BMW R18 B (26 995$), se compare plutôt bien à ses concurrentes : HD Road Glide (26 999$), HD Street Glide (26 999$), Indian Chieftain (34 999$), Indian Challenger (34 999$), Indian Road Master (34 999$), Indian Pursuit Limited (36 999$).

À propos de l'auteur(e)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *