Mitas E-07, le dur de dur.

Faire sa première revue de pneu n’est pas nécessairement évident. Pour ce faire il faut connaître au minimum son sujet. Je pense avoir maintenant une petite expérience sur celui des Mitas E-07, alors posez moi une question et j’y répondrai au mieux!

Si j’ai aimé les Mitas E-07 ?

Dès la pose des pneus je les ai aimé, voilà!

Question suivante!

Quoi? Vous aimeriez que je développe? Ok!

La GS et les Michelin Anakee 3

Nous sommes au printemps 2017 et ce sera ma première monte de pneus 50/50. L’année précédente et ce jusqu’à l’automne, je roulais des pneus Michelin Anakee 3 et c’est avec cette monture que j’essayais tant bien que mal de suivre mes amis lors de leurs sorties hors des routes bitumées. Même si ces derniers ne m’ont jamais trahi, je sais que je les poussais à la limite chaque fois et en conséquence, que je repoussais aussi les limites de mes aptitudes et de mon confort. Alors avant qu’il ne soit trop tard, il fallait les changer.

Avant de fixer mon choix, m’enquérir auprès des amis ou vieux sages qui pratiquent le hors route, de leurs expériences et de leurs conseils. Je m’aperçois assez vite que les pneus c’est un peu comme comme les capotes, chacun a sa préférence et il ne faut pas trop la contester! Quoique je parle rarement de capote avec mes amis!

Nouvelles chaussures pour une nouvelle aventure…

J’arrête donc mon choix sur les Mitas E-07 qui vraisemblablement devrait être adaptés à la grosse GS. Je sais que ce nouveau type de pneus va me demander un minimum d’adaptation et je me laisse de la marge de manœuvre afin de bien les apprivoiser.

Qu’est-ce que les vieux sages m’ont dit? Ah oui, les vibrations. C’est nouveau, il y en a un peu, mais beaucoup moins que ce que j’imaginais. Alors je m’y habitue assez vite. Au sujet du bruit, presque tout le monde m’a dit: «c’est bruyant du 50/50». Là encore ça passe le test. Ça fait bien un peu plus de bruit qu’un pneu de route mais il fallait s’y en attendre.

Accélérations ou freinages intensifs: après avoir bien rodé les pneus, fait les petits essais maison afin de répondre à mes interrogations, tout se passe bien là encore. Pendant le rodage j’ai pris de plus en plus d’angle et après 2000 kilomètres, quel plaisir de voir dans mes rétros la «chicken strip» se déposer sur les courbes asphaltées que je négocie, le sourire en coin. Donc sur l’asphalte ça tient la route et ça passe le test.

Au top du pit…

Ma petite voix m’avait dit «hors route tu va voir ils seront moins performants».

Désolé, petite voix ! Tu n’y connais rien en pneus! Parce qu’ils ont vu de la gravelle, de la boue, du sable et rien. Pas rien dans le sens bon à rien. Non, rien dans le genre, je n’ai rien à leur reprocher. C’est vrai dans la boue bien grasse il y à des limites, dans le sable aussi mais quand me viens l’idée de suivre un ami en Husky 701 dans le pit de sable, c’est juste le pilote qui a manqué d’un peu de jugement pour aller s’y aventurer. Comme c’est toujours avec le sourire, alors ça passe! Peut-être aussi que comme les pneus m’on bien sécurisé je ne m’inquiète pas d’aller là ou je ne devrais pas.

Dès lors il ne reste que l’usure et j’ai fait combien… 15000, 17000 ou peut-être 20000 km (La bonne réponse 17000) à barrer la roue arrière, autant sur la gravelle qu’occasionnellement sur l’asphalte et malgré nombre de mauvais traitements ils m’ont donné un excellent rendement. Maintenant si je me remémore la question «Avez-vous aimé les Mitas E07», Je peux sans nul doute affirmer que oui.

Et si vous en doutez, allez voir la vidéo ou vous constaterez par vous même qu’après 17K kilomètres ils sont dans un sacré bon état.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *