Triumph Tiger 800, la belle anglaise se dévoile

C’est sans plus de préparation ni de préavis que Martin me dit au mois d’octobre 2018  »Hey viens donc chercher ma moto demain et va faire un tour avec!  ». Bon, c’est certain que je lui avait parler d’en faire la revue sur la chaîne un de ces quatre mais je ne pensais pas qu’un de ces quatre serait cette journée là!

Alors le lendemain me voilà chez lui en début de matinée, m’introduisant dans un garage qui n’est pas le mien, par la porte d’en arrière de surcroît et ressortant tel un voleur avec l’objet de mon larcin.

Je m’enfuyais donc au guidon de la Triumph Tiger 800. Dès les premiers tours de roues, je découvrais une machine vive et facile de prise en main avec une souplesse au niveau du moteur qui me laissa bouche bée.

Effectivement avant cette journée je n’avais fait que quelques centaines de mètres avec, surtout en hors route bien gras et au premier contact sur routes cabossées je ne l’avais pas forcément trouver très avenante. Je ne sais pas pourquoi, j’étais resté sur mon appétit lors de ces deux petits écarts de conduite…

Une instrumentation complète mais une navigation dans les menus qui est perfectible.

Tout bien considéré, je me disais que la revue serait à l’image de l’anglaise (la femme, non la moto) et que moi Français d’origine perçoit comme un peu froide et frigide (malgré que je ne l’aie jamais pratiquée sous cette nationalité). Eh oui! Notre vie est définitivement façonnée de tous les préjugés qui nous sont inculqués et que nous perpétuons dans le temps, sans même savoir de quoi nous parlons!

Et c’était ça que cette britannique m’envoyait à la gueule dès le début;  »Laisse tes préjugés derrière, serre moi bien entre tes cuisses, découvre moi et après, grand farfadet tu sauras peut-être de quoi tu parles! ».

Alors avant tout, allons-y pour les chiffres car aujourd’hui tout est conditionné par les maths et après se sera feeling et filet de gaz.

  • Moteur: 799CC
  • Trois cylindres en ligne
  • 95 Hp @ 9250 Tr/Min
  • 58 Lbs/Ft de torque @ 7850 Tr/Min
  • 6 Vitesses
  • Suspension WP avant & arrière ajustables
  • Chassis tubulaire en acier
  • 215 Kg tout plein fait
  • 840mm ou 33 pouces de hauteur de selle
  • ABS et contrôle de la traction

Comme tout dans ce projet n’était qu’improvisation, Marc-Antoine sur son V-Strom et moi sommes aller jouer sur notre terrain de jeu favori. Les routes montérégiennes et estriennes afin de profiter de la chance que nous avions de mettre la belle anglaise à l’épreuve.

Si vous connaissez le coin de Bedford en Montérégie il y a là un chemin appelé « Dutch » que les cyclistes et motocyclistes apprécient pour des raisons similaires je pense. Le paysage y est joli, l’asphalte dans un relatif bon état et il comporte une variété de petits défis techniques avec ses encaissements, ses virages longs et accueillants, d’autres plutôt serrés dont un ou deux sont aveugles et finalement quelques belles lignes relativement droite. C’est dans ce décor que le « WOW » opère!

La moto est chaussée de pneus 60% route/40% trail pas très agressifs que bien des aventuristes moto connaissent et apprécient, le Metzeler Karoo 3. En combinaison avec la Tiger 800, ça fonctionne à merveille; Sur le goudron le grip est excellent.

Ses suspensions gomment à peu près toutes les imperfections de la route, même si je la trouve un peu souple à mon goût. Une facilité à glisser sur l’angle et ce moteur que je découvre, qui affiche une souplesse et une onctuosité qui me mettront un sourire dans la face jusqu’au moment où j’irai à regret retourner la machine chez Martin!

Au niveau hors route, quoique je ne l’ai pas ramenée sur des chemins aussi coriaces que ceux évoqué un peu plus haut, aucun problème ne se manifeste en mode gravelle. Le moteur se montre toujours aussi volontaire, la garde au sol est plus que suffisante et les assistances programmables permettent de la glisse et du contrôle qui rassurent et contribuent aux sourires. Avec sa grande roue de 21 la tenue de cap est franchement très facile sur surface non pavée. La rigueur de l’ensemble place le pilote dans un « mode plaisir » peu importe le revêtement.

D’excellents produits, un site magnifique et par dessus tout au coeur d’une de nos routes préférées!

Comme vous le savez si vous avez vu le vidéo lors de sa parution, nous sommes passé par une de mes destination favorite, le domaine Pinacle. Artisan de bonheur et de sourire qui travaille si bien la pomme, pour le régal de nos papilles. Mais de notre coté, pas le temps de traîner trop longtemps là car l’appel de la route se fait entendre. Le chant du trois cylindres avec le petit pot Arrows qui fait bien ne nous annonce que du plaisir pour la fin de cette randonnée .

Toujours sous le charme de cette moto au moteur joueur, la boîte est très bien étagée et c’est vrai que la moto est haute, mais avec ce type d’engin c’est la norme et à 1m83 (6 pieds) je n’ai aucun problème pour mettre le pied à terre.

Martin de ton côté tu as mis pas mal de trucs dessus, pour personnaliser l’engin, que ce soit au niveau de la bagagerie ou encore des kits pour le hors route, repose-pieds pivotants, rétroviseurs escamotables, grille pour l’optique avant, crash bar, skid plate, etc… Ça alourdit un peu la ligne à mes yeux, mais si elle te plaît comme ça alors n’y change rien car elle est généreuse comme tu l’es toi même.

Voilà! J’espère que cette petite revue vous aura donné le goût de considérer cette Triumph lors d’un prochain achat. En tous cas depuis la disparition de mon allemande, j’y songe de mon côté car maintenant que je l’ai vraiment essayée je dois bien avouer que si toutes les anglaises sont comme cette tigresse, je devrai pratiquer mes tongue twists afin de connaître les plaisirs « Brit style ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *